loader image
telecomreviewafrica.com

Typography

La révolution numérique n’est plus un simple terme technique utilisé pour décrire la nouvelle génération de technologies. C’est une approche que les particuliers ainsi que les entreprises sont en train d’adopter afin de transformer leurs vies ou offrir de nouveaux services qui répondent à la demande des clients dans le but de suivre le rythme rapide de l’évolution technologique. Dans ce cadre, nous entendons parler de stratégies numériques adoptées par les entreprises voulant moderniser leurs modèles d’affaires. Toutefois, sont-elles vraiment efficaces et adoptées aux bonnes directives ?

Après ce qu’on appelle « l’invasion du smartphone », le terme « numérisation » envahit nos vies. En tête des priorités des entreprises se trouve la mise en place d’une stratégie numérique que d’aucuns ont déjà commencé à appliquer, ou bien pensent qu’ils l’ont. En effet, pas toute initiative numérique ne constitue une stratégie numérique.

Un grand nombre d’entreprises sous-estime l’impact significatif de la numérisation et de la technologie qui en émane, alors que d’autres sont en train de développer leurs stratégies numériques. Selon une enquête menée par McKinsey, uniquement 8% des entreprises  enquêtées ont indiqué que leur modèle d’affaires actuel restera économiquement viable si leur industrie continue à se digitaliser suivant le rythme rapide actuel.

A un moment où toutes les entreprises dans le monde s’inquiètent de leur avenir numérique, ce pourcentage reflète la nécessité d’immédiatement lancer des stratégies numériques chez quelques-unes ou de les rectifier chez d’autres. Pour cela, McKinsey a identifié cinq obstacles entravant toute tentative de numériser les activités des entreprises.

Les définitions vagues

La définition du terme « numérique » diffère d’une personne à l’autre. D’aucuns considèrent que c’est une mise à jour des technologies de l’information, alors que d’autres pensent que la transformation numérique se fait par le marketing ou les ventes numériques. En effet, selon McKinsey, le concept numérique est la capacité instantanée, gratuite et irréprochable à connecter les gens, appareils et objets où qu’ils soient. D’ici 2025, 20 milliards d’appareils seront connectés, ce qui équivaut à trois fois la population mondiale. Durant les deux dernières années, ces appareils ont généré 90% des données produites.

Sans une définition précise, les entreprises ne pourront pas mettre en place une stratégie numérique efficace et donc rateront la vague de la transformation numérique et de l’adoption de nouveaux modèles d’affaires.

Mauvaise compréhension des économies du concept numérique

La transformation numérique est en train de créer plus de valeur pour les clients que les entreprises et ceci doit inquiéter celles qui espèrent transformer leurs forces numériques en avantage économique. Ceci a déjà détourné 40% de la croissance des revenus de ces entreprises et 25% de celle de leurs gains avant intérêt et taxes (EBIT). Les entreprises doivent alors savoir comment créer de la valeur à leurs clients tout en générant des bénéfices.

Négligence des écosystèmes

Les plates-formes permettant aux acteurs numériques de surmonter toutes les barrières sectorielles sont en train de détruire les modèles traditionnels. A titre d’exemple, Amazon a changé le modèle traditionnel d’achat, Apple Pay a révolutionné le système financier et les modèles des transactions bancaires.

Les plates-formes numériques ont transformé les fondements de l’offre et de la demande. Dans ce contexte, les entreprises peuvent avoir un parc de clients illimité, utiliser l’intelligence artificielle et d’autres outils pour garantir des services et profiter de l’offre.

Cette tendance va s’accélérer. Une recherche menée par McKinsey montre qu’une série d’écosystèmes numériques générera des revenus de plus de 60 trillions de dollars d’ici 2025 ou plus de 30% des revenus mondiaux des entreprises. Dans cet écosystème, des rivaux se transformeront en partenaires.

Exagération quant aux menaces de la numérisation

Plusieurs entreprises s’inquiètent des menaces posées par la numérisation et les modèles d’affaires novateurs. Toutefois, plusieurs d’entre elles sont déjà en cours de transformation, notamment celles ayant une marque reconnue sur les marchés et un large parc de clients. Ceci permettra de faire pencher la balance en leur faveur.

En outre, la numérisation est plus claire au niveau du secteur B2B plus que le secteur B2C. Les acteurs B2B sont en train de réduire les coûts et améliorer l’ampleur et la qualité de leurs offres en ayant recours à l’Internet des objets, l’analytique et la robotique.

Manquer la dualité de la numérisation

Face à la menace de la numérisation, d’aucuns tentent de créer des modèles complètement différents alors que d’autres veillent à numériser leurs activités existantes tout en les adaptant à de nouveaux modèles.

Les recherches et études montrent que la moitié des tâches performées par les employés actuellement sera obsolète face à la compétition féroce posée par les plates-formes numériques. Il faut alors acquérir de nouvelles compétences dans les domaines de l’analytique, la conception et la technologie pour accélérer la transformation.

Alors que la perturbation numérique s’accélère, une alarme d’urgence est sonnée  par les directeurs exécutifs mais n’est pas encore suffisamment prise au sérieux. Au lieu de lancer des slogans parlant de la promotion de l’Internet des Objets par exemple, ou de l’importance du Cloud, les entreprises doivent faire face à la compétition numérique en développant une stratégie claire, en créant de la valeur aux clients, en redéfinissant leur rôle dans l’écosystème et en offrant de nouvelles propositions permettant d’améliorer leurs activités existantes.

 

 

 

Pin It