loader image
telecomreviewafrica.com

Typography

Le ministre des Finances du Zimbabwe, Mthuli Ncube, a suggéré que les fonds provenant des impôts du gouvernement soient transférés d’agences dans le but de freiner ce que les autorités qualifient d’accords illégales sur des devises étrangères via le mécanisme d’encaissement ou de retrait.

Lors de son rapport financier semestriel de 2019, M. Ncube a déclaré que la plupart des transactions illégales étaient effectuées via cette plate-forme afin d'éviter le paiement d'impôts.

En octobre 2018, le gouvernement a introduit la taxe sur les transferts monétaires par l’intermédiaire, également connue sous le nom de « 2c tax ». La taxe est fixée à 2 centimes de dollar par dollar de transaction dans le cadre des mesures visant à élargir la base de revenus. Il a remplacé la taxe précédente de cinq cents par transaction.

Il a ajouté que, bien que la législation en vigueur oblige les institutions financières à déduire la taxe par intermédiaire sur les transferts monétaires sur les transactions par tout moyen autre que le chèque, les transferts d'argent mobile par les agents aux mandataires en ont été exclus.

Selon le ministre, la réglementation en vigueur s'applique à la taxation des transferts de fonds entre deux personnes, d'une personne à deux personnes ou plus – ou de deux personnes ou plus à une seule personne.

« Toutefois, les transactions d'encaissement et de retrait effectuées via des plates-formes de transfert d'argent mobile ne répondent pas au critère ci-dessus, ainsi, la taxe n'est pas déductible », a déclaré Ncube. « Je propose donc de prélever une taxe sur les transferts d'argent des agents de transfert d'argent mobiles vers les destinataires. »

L’examen financier et la proposition du ministre ont toutefois été critiqués par la National Consumer Rights Association (Nacora).

Nacora a mentionnée dans communiqué, « L'augmentation du coût de l'électricité et l'élargissement des taxes sur les transactions d'argent mobile, ainsi que de nombreuses autres mesures induisant l'inflation, vont non seulement alourdir le consommateur appauvri, mais également entraîner des coûts pour faire des affaires, qui va se répercuter ensuite sur le consommateur. »

Le Conseil des consommateurs du Zimbabwe (CCZ) a déclaré que les mesures prises par le ministre affecteraient durement les consommateurs et que la dévaluation de la monnaie locale continuait à éroder le pouvoir d'achat mensuel des salaires.

Philip Bvumbe, président de la CCZ, a déclaré, « ... beaucoup de gens ne seront pas en mesure de payer ces augmentations de tarifs, ce qui signifie que le niveau de vie et le bien-être des consommateurs sont compromis presque quotidiennement. »

Pin It

Dernier Numéro