loader image
telecomreviewafrica.com

Typography

Huawei, en partenariat avec Ericsson, Nokia et ZTE, et en collaboration avec la GSMA, a récemment organisé un webinaire de haut niveau sur les IMT (télécommunications mobiles internationales) intitulé « L'avenir du spectre à mi-bande - Besoins en spectre des IMT, développement de la politique et le rôle de la bande 6GHz dans l'ASMG ». Les décideurs politiques et les principaux acteurs de l'industrie y ont partagé leurs points de vue et leurs recherches sur les besoins en matière de spectre de télécommunications, mais aussi sur l'élaboration des politiques et le rôle de la bande 6GHz dans la région arabe.

Les dirigeants nationaux reconnaissent que l'évolution continue des technologies mobiles est cruciale pour déployer le plein potentiel de la 5G au sein de toute société, et par là même favoriser le développement socio-économique.

De nombreux pays ont déployé la 5G comme outil stratégique de développement, et la pérennité du secteur des télécommunications est essentielle à la transformation numérique au niveau national. Les données montrent que 180 opérateurs dans 72 pays/territoires ont annoncé le lancement de services 5G (mobiles ou fixes sans fil). Les Émirats arabes unis, l'Arabie saoudite, l'Allemagne, la Chine, le Royaume-Uni, les États-Unis, le Japon, la Corée du Sud, Singapour et bien d'autres ont également lancé des stratégies nationales en matière de 5G.

Compte tenu de la croissance de la base d'utilisateurs et de l'augmentation des services mobiles à haut débit nouveaux et améliorés « vidéo HD/UHD, services AR/VR, jeux en nuage », de l'accès fixe sans fil, des Smart City use cases, etc., le trafic continuera à se développer et a de croître pour atteindre 100 Go par habitant en 2025 et 250 Go en 2030.

La mise à disposition de fréquences sous licence supplémentaires en bande moyenne pour la 5G est essentielle pour répondre de manière rentable aux besoins de capacité à l'échelle des villes (y compris les villes intelligentes) et aussi pour connecter les petites villes. Ce spectre comprend la bande des 6 GHz est donc un appui essentiel pour l'expansion sous licence de la bande moyenne qui offre un bon équilibre en termes de couverture et de capacité pour un large éventail de cas d'utilisation de la 5G.

S'exprimant lors du webinaire, Abdulhadi AbouAlmal, directeur de la normalisation technologique et de la gestion du spectre du groupe Etisalat, a déclaré que « l'attribution de 500 MHz (5925-6425 MHz) pour le système d'accès sans fil (WAS) exempt de licence est suffisante et doit être utilisée avant toute autre attribution. » M. AbouAlmal a recommandé d'éviter les actions irréversibles et de soutenir l'attribution des services mobiles et l'identification des télécommunications mobiles internationales (IMT) dans la bande 6425 -7125 MHz (700 MHz) dans le cadre du point 1.2 de l’agenda CMR-23, car la flexibilité est toujours un avantage pour les décisions futures.

De son côté, Peter Cosimini, directeur de la stratégie du groupe Vodafone, a observé que certaines zones urbaines du réseau 5G commenceront à connaître des limitations de capacité au cours des six prochaines années en raison de l'augmentation de la demande de services haut débit mobiles améliorés, de services sans fil fixes, Smart City use cases, etc.

« En l'absence d'autres opportunités de spectre à bande moyenne appropriées prévues au cours de cette décennie (et peut-être au-delà), ne pas allouer la bande supérieure 6GHz (6425-7125MHz) pour l'IMT aura un impact significatif sur la performance et la capacité des futurs services de réseaux publics 5G, avec des conséquences négatives sur notre société et notre économie numériques », a déclaré Cosimini. 

Citant un récent rapport de la GSMA sur l'attribution du spectre, Luciana Camargos, responsable intérimaire du spectre de la GSMA, a observé que 2 GHz supplémentaires de spectre à bande moyenne sous licence sont nécessaires pour permettre aux sites cellulaires de répondre à la demande accrue de sans-fil fixe 5G. « Avec moins de spectre, les exigences de l'IMT-2020 sont en danger. Autrement, il faudra cinq fois plus de stations de base pour soutenir la demande », a-t-elle averti. 

S'exprimant au nom des fournisseurs co-organisateurs, Eiman Mohyeldin, responsable de la normalisation du spectre chez Nokia, a observé que la CMR-23 est une excellente opportunité pour assurer l'harmonisation du spectre pour l'IMT dans la bande 6425-7125 MHz, car cette bande constitue une opportunité clé pour offrir de grands canaux contigus pour la couverture 5G à l'échelle urbaine. « Un équilibre approprié entre les fréquences sous licence et les fréquences exemptes de licence est nécessaire », a-t-elle ajouté.

Pour sa part, M. Richard Makgotlho, représentant de l'équipe de gestion du WG1 de l'Union africaine des télécommunications, a déclaré que les 6425-7125 MHz seront essentiels pour le développement des IMT à long terme. Les pays africains sont à la tête des travaux visant à faire des IMT dans la bande une réalité. Les administrations africaines sont très impliquées dans les travaux menés dans le cadre de l'agenda de la CMR-23.

Considérée comme la bande optimale pour assurer une couverture sans faille des zones étendues et des connexions de grande capacité, l'octroi d'une licence pour les télécommunications mobiles internationales dans la bande 6 GHz est essentiel pour soutenir un développement économique sain à l'avenir. Les réseaux mobiles créent plus de valeur économique et sociale que toute autre technologie sans fil, ce qui justifie la demande de l'industrie mobile pour une plus grande réserve de spectre. Une collaboration mondiale est impérative pour développer un écosystème de télécommunications à 6 GHz et le rendre disponible commercialement et en temps voulu.

Pin It

Dernier Numéro