loader image
telecomreviewafrica.com

Typography

Les évolutions technologiques offrent de vastes possibilités aux entreprises de télécommunications et de technologie pour améliorer leurs performances et être compétitives à l'échelle mondiale. La plus grande responsabilité repose sur les fournisseurs de services, dont le rôle est devenu essentiel pour garantir une expérience particulière aux clients.

Dans une interview exclusive accordée à Telecom Review Afrique, Mikko Lavanti, responsable des réseaux mobiles, MEA, Nokia, discute des activités les plus importantes sur lesquelles la société va se concentrer au cours de la prochaine phase, et des opportunités que Nokia offre sur la scène régionale.

Félicitations pour votre récente nomination au poste de responsable des réseaux mobiles pour le Moyen-Orient et l'Afrique. La region MEA est un marché diversifié en termes d'adoption de technologies. Quels types de défis et d'opportunités envisagez-vous pour Nokia ?

Je suis ravi de rejoindre l'équipe des réseaux mobiles de Nokia sur le marché du Moyen-Orient et de l'Afrique en cette période intéressante.

La région MEA est fascinante. D'un côté, les pays du Golfe présentent l'un des taux d'adoption de la 5G les plus élevés, et de l'autre côté, il y a des zones rurales qui manquent de connectivité de base. Les défis de nos clients opérateurs vont de la monétisation de leurs investissements dans la 5G, jusqu’à la connexion des personnes non-connectées dans des zones rurales à moindre coût. Nous devons donc adapter nos solutions et notre approche pour répondre à un large éventail d'exigences et de besoins divers.

Il est très important que nous travaillions en étroite collaboration avec nos clients, tant sur les marchés à forte ARPU que sur ceux à faible ARPU, afin d'identifier les solutions technologiques et commerciales qui répondent à leurs besoins.

Bien que nos clients opérateurs se trouvent à différents niveaux du cycle technologique, nos clients de la région MEA partagent certains défis communs en termes d'économie d'énergie et de durabilité. La durabilité est au cœur de toutes nos activités. En tant qu'organisation responsable, nous assumons la responsabilité de nos actions et de notre impact sur le monde, en minimisant les impacts négatifs potentiels tout en maximisant les nombreux impacts positifs potentiels de la technologie que nous créons et fournissons. Dans cette optique, Nokia a signé avec Orange un accord visant à accroître l'utilisation, dans les infrastructures de télécommunications de leurs filiales, d'équipements remis à neuf répondant à tous les critères de fiabilité, conformément aux directives et recommandations de l'Union Européenne et de l'UIT. Nous collaborons également avec d'autres clients de la région MEA sur différentes initiatives de durabilité.

Plus de trois ans après le lancement de la 5G, nous ne comptons qu'une poignée de réseaux 5G en Afrique. Compte tenu des priorités économiques et sociales post-pandémie, pensez-vous que la 5G soit un luxe ou une nécessité pour l'Afrique ?

Il y a déjà un certain nombre d'opérateurs en Afrique qui utilisent la 5G, mais nous constatons que de plus en plus de licences sont accordées, la dernière en date étant au Nigeria. Cette année, nous nous attendons à ce que de nombreux nouveaux pays lancent des appels d’offres pour les licences 5G.

On peut se demander si la 5G est un luxe ou une nécessité compte tenu des priorités économiques et sociales post-pandémie et du fait que de nombreux opérateurs n'ont pas encore totalement récupéré le rendement de leurs investissements dans la 4G. Chez Nokia, nous considérons que la 5G n'est pas un luxe, car elle peut aider l'Afrique à passer à l'industrie 4.0. Les cas d'utilisation que la 5G favorise, comme la médecine ou l'éducation à distance, seront essentiels pour réduire la fracture numérique en Afrique.

L'accès fixe sans fil (FWA) sera également un cas d'utilisation majeur de la 5G car actuellement, seuls 22% des foyers africains ont accès à l'internet, en raison du coût élevé du déploiement de la fibre optique. La 5G va cependant changer la donne et permettre à de nombreuses populations de se connecter à l’internet depuis leurs domiciles.

Plusieurs opérateurs africains sont déjà conscients de la valeur de la 5G, et cela se voit dans le nombre de ceux qui ont commencé leur chemin vers la 5G avec des plans ambitieux pour moderniser leurs réseaux afin de se préparer aux exigences de la nouvelle génération en termes de vitesse et de latence. Une fois que le spectre de fréquences et les licences 5G seront attribués par les régulateurs, nous nous attendons à voir des déploiements rapides, car beaucoup auraient déjà terminé la préparation de leurs réseaux.

Alors que la 5G devient une réalité, quelle devrait être la stratégie des opérateurs pour la monétisation à long terme de la 5G ?

Les premiers partisans de la 5G se concentrent sur le haut débit mobile amélioré (eMBB) et l'accès fixe sans fil (FWA), en mettant l'accent sur la vitesse et le renforcement de la couverture 5G. Nous constatons que l'accent est également mis sur les services compatibles avec la 5G, tels le cloud gaming, les vidéos UHD et l'AR/VR. En même temps, l'intérêt du secteur des entreprises est considérable et nous constatons de nombreuses explorations pré-commerciales des cas d'utilisation de la 5G dans de nombreux secteurs verticaux.

L'économie de la 5G ouvre la voie à une nouvelle race de cas d'utilisation et de modèles commerciaux, notamment le découpage du réseau (Network Slicing) et les offres de réseau en tant que service (NaaS), l'IoT et de nouveaux modèles commerciaux pour les services B2B2X. Les solutions de monétisation pour l'ère de la 5G doivent être flexibles pour prendre en charge un large éventail de modèles économiques et de partenaires de l'écosystème afin de générer de nouveaux revenus.

Alors que les revenus initiaux de la 5G sont tirés par l'eMBB et la 5G FWA, certains de nos clients construisent des réseaux avec des performances supérieures et des capacités d'automatisation conçues pour stimuler l'expérience client et répondre aux besoins des entreprises.

Pour une monétisation réussie de la 5G, la clé est de synchroniser les investissements lourds dans les zones denses avec le potentiel accru de croissance du trafic 5G. Cela doit être complété par une couche de couverture 5G dans les zones rurales et suburbaines. C'est là que nos services de plannification, d’optimisation et de déploiement numérique seront utiles.  

Comme je l'ai déjà mentionné, les investissements dans les cas d'utilisation de la 5G et du sans-fil privé, pertinents au niveau local, joueront un rôle massif pour débloquer la croissance des entreprises.

D'un point de vue stratégique, la ‘cloudification’ du RAN, en plus de l'évolution du réseau central en alignement avec l'Open RAN, sont des décisions clés pour nos clients au cours des prochaines années.

Pin It