loader image
telecomreviewafrica.com

Typography

Après le Web1 – un réseau d'informations statiques reliées les unes aux autres –, et le Web2 – des sites web qui mettent l'accent sur le contenu généré par les utilisateurs, la facilité d'utilisation, la culture participative et l'interopérabilité pour les utilisateurs finaux –, aujourd'hui, le Web3 se dévoile comme le prochain grand changement dans l’histoire de l'évolution de l'Internet.

Au-delà des batailles publicitaires et des critiques, le Web3 et le Métaverse sont en train de créer une nouvelle application pour l'Internet. Le Web 3.0 ou Web3 est la plus récente technologie Internet qui tire parti du Machine Learning, de l'intelligence artificielle et de la Blockchain pour parvenir à une communication humaine réelle. En quelques décennies, l’Internet a remodelé une grande partie du monde humain, permettant de grands progrès et des changements historiques, et révélant les nombreux défis qui accompagnent une telle transformation.

L'objectif principal du Web3 est d'être entièrement décentralisé, en mettant la création de contenu entre les mains des créateurs et non des propriétaires de plateformes. Il est vrai que personne ne possède l'Internet, mais certains critiques estiment que quelques grandes entreprises ont un pouvoir excessif, c’est pour cela le Web3 vient démocratiser l'Internet et remettre le contrôle entre les mains des utilisateurs.

Les caractéristiques du Web3

La première caractéristique du Web3 est qu’il est ouvert, réalisé à l’aide de logiciels libres développés par une communauté ouverte et disponible de développeurs, et accompli à la vue du public. Deuxièmement, le réseau donne la liberté aux utilisateurs de communiquer en public et en privé sans qu'un intermédiaire les expose à un risque quelconque. Troisièmement, aucune permission n’est requise de la part d’une organisation de contrôle pour s’y engager. De plus, le Web3 se caractérise par son omniprésence où l’internet sera accessible à chacun, à tout moment et en tout lieu. 

Au sein du Web 3.0, tous les algorithmes tenteront d'interpréter les données individuelles et de personnaliser l'internet pour chaque utilisateur. Des entreprises telles que Netflix, et Youtube le font déjà en personnalisant l'Internet par l'analyse du comportement des utilisateurs plutôt que par la collecte de données. Alors que l'émergence des technologies mobiles, sociales et en nuage a propulsé le Web 2.0, le Web 3.0 est soutenu par trois nouvelles couches d'innovation technique :

La première couche est l’Edge Computing : le Web 3.0 repousse le centre de données à la périphérie, et peut-être jusque dans nos mains. Les téléphones, ordinateurs, appareils, capteurs et automobiles créeront et consommeront 160 fois plus de données en 2025 qu'en 2010. La deuxième sera la couche du réseau décentralisé : dans le Web 3.0, les données sont décentralisées, ce qui signifie que les consommateurs contrôleront leurs données. Les réseaux de données décentralisés permettent à différents producteurs de données de vendre ou d'échanger leurs données sans en perdre la propriété, sans compromettre la confidentialité ou sans dépendre d'intermédiaires.

La troisième et dernière couche est l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique (Machine Learning) : l'intelligence artificielle et les algorithmes d'apprentissage automatique ont progressé au point qu'ils sont désormais capables de faire des prédictions et des actions utiles, et parfois même sauver des vies. En utilisant de nouvelles structures de données décentralisées qui donnent accès à une multitude de données, les utilisations potentielles vont bien au-delà de la publicité ciblée et s'étendent à des secteurs tels que les matériaux de précision, la production de médicaments et les prévisions climatiques.

Comment le Métaverse est né de nos comportements numériques ?

Aujourd'hui, les consommateurs se socialisent souvent par l'intermédiaire de réseaux mondiaux, modifient leur apparence à l'aide de filtres de réalité augmentée capables de voir les visages et d'y répondre, s'enveloppent dans des avatars et tiennent des rencontres de travail en face à face ou à distance. De plus, la génération Z classe les jeux vidéo comme leur forme de média et de divertissement préférée. Plusieurs générations se sont familiarisées avec les interfaces numériques, les logiciels et l'interactivité, et la connectivité mondiale. Les vies sont de plus en plus dominées par le numérique, qui s'étend également au domaine physique. En bref, ce sont ces comportements et ces utilisations qui renforcent le Web3 et le métaverse.

De nombreuses entreprises de technologies, de médias et de télécommunications ont permis et ont répondu à ces comportements accélérés, jetant les bases d'un Métaverse interopérable. Les fournisseurs de télécommunications ont étendu la connectivité avancée aux entreprises et aux ménages, permettant plus d'interaction, d'immersion et de collaboration. Les fournisseurs de technologie ont mis en place des plates-formes hyperscalaires qui ont considérablement renforcé l'innovation et les opérations. Les entreprises de médias et de divertissement ont tiré parti de la technologie pour faire progresser le contenu vers des expériences plus riches, plus interactives et plus sociales pour les publics du monde entier.

En Afrique, une nouvelle génération de startups, d'entrepreneurs et de développeurs est à l'origine de la prochaine étape de l'innovation Web3. Nous n'en sommes pas encore là, mais il est clair que les applications Web3 s'étendront bientôt à toute l'Afrique. Reste à voir à quelles difficultés cette adoption va s’y heurter malgré toutes les opportunités potentielles.

Pin It